dimanche 16 mars 2014

ce matin




ce matin telle une fenêtre de cuisine qui s’embue par un matin de grand froid j’ai du mal à y voir au travers et puis lentement la buée s’en va  alors le jardin apparaît il est il est vaste il est de l’autre côté de la vitre et puis peu à peu à nouveau voici la buée qui revient il y a du café qui chauffe et le jardin est parti un rêve et puis...c’est comme ça que je me sens ce matin ah ! cette toile blanche sur le chevalet qui me renvoie à mes coûteuses études que de couleurs fichues n’importe où loin du tableau à croire que la table qui recule décorée d’un verre qui pleure son vide et qu’il ne reste rien rien de rien sur l’étagère de la cuisine ne sont pas les seules à me rejeter pourquoi pas faire ami ami avec elles ? que je me dis 
vous savez les re-connaissances parfois ça stimule 
bon alors c’est quand que vous voulez me nourrir ? 
non ! pas que le ventre !
pas sur l’étagère de la cuisine !
l’esprit ... bordel de merde !
demain ?
mais c’est loin demain 
et si elles ne veulent pas faire ami ami avec moi ? que je me dis à nouveau vous savez vous êtes quand même de sacrées choses 
non ? 
tenez moi par exemple eh bien moi vous m’êtes bien sympathiques
allez !    

3 commentaires:

  1. Moi je me suis couché début novembre et je me suis levé ce matin, il faisait soleil. S'il avait plu je me serai recouché et on dit que je suis un ours ?!...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer